Les questions de justice pénale et de sécurité occupent une place importante dans le débat public et politique de nos sociétés. Elles sont par ailleurs l’objet d’un examen scientifique de la part de criminologues, de sociologues, de juristes, de psychologues, d’historiens, etc. Pourtant, force est de constater que ces deux sphères ne communiquent que très rarement. C’est pour aider à combler cette lacune que Justice et sécurité publiera des résultats de recherche sous une forme accessible aux non spécialistes. Chaque numéro entendra faire le point sur une question précise. Pour être tenu au courant de nos activités, vous pouvez vous inscrire à notre infolettre.

JSJV #11 AVRIL 2017

LA DÉLINQUANCE ENREGISTRÉE DES JEUNES ADULTES À BRUXELLES : LE POIDS DU CONTEXTE SOCIOÉCONOMIQUE

L’analyse des indicateurs statistiques relatifs à la délinquance enregistrée des jeunes bruxellois de 18 à 25 ans indique une relation particulièrement significative entre les taux de signalements ventilés selon la commune de résidence des jeunes concernés et les indicateurs caractérisant le contexte socio-économique de chacune des 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale. Tout se passe comme si dans chaque commune, les taux de jeunes adultes signalés à la justice étaient directement proportionnels aux taux de chômage, aux revenus moyens ou aux proportions de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale observables dans cette commune. Cet article rend compte des principales étapes de la construction et de l’analyse de ces données inédites, et propose d’éclairer ces résultats au regard d’acquis scientifiques ancrés dans deux traditions de recherche en criminologie bien distinctes.

Download:

JSJV #10 MARS 2017

DÉTENUS SANS DROIT DE SÉJOUR. RÉINSÉRER OU RAPATRIER À TOUT PRIX?

Le nombre croissant de détenus sans droit de séjour a accru l’importance de la collaboration entre la Justice et l’Office des étrangers. Cette collaboration à l’intérieur des murs de la prison n’était cependant pas une évidence. L’exécution de la détention administrative à la disposition de l’Office des étrangers en vue d’un rapatriement au départ de la prison a, en particulier, créé des tensions en raison de la surpopulation carcérale permanente. À partir de 2010, plusieurs prisons ont même refusé toute nouvelle détention administrative à la disposition de l’Office des étrangers, ce qui a entraîné une diminution considérable du nombre de rapatriements. Étant donné la sensibilité politique de cette problématique, plusieurs modifications législatives ont permis, à partir de 2012, d’effectuer déjà un rapatriement pendant des périodes déterminées de la détention pénale. Bien que ces modifications répondent aux préoccupations de la Justice (problématique de la surpopulation) et à celles de l’Office des étrangers (le rapatriement de détenus sans droit de séjour), se pose la question de savoir dans quelle mesure cette solution pragmatique met en péril les principes pénologiques inscrits dans le droit pénitentiaire.

Download:
23-nov-2016
jsjv

JSJV #09 NOVEMBRE 2016

LES EFFETS INDIRECTS DE LA PRÉVENTION. ANALYSER LES COÛTS ET BÉNÉFICES POUR ÉVITER LES MESURES DISPROPORTIONNÉES.

Dans le domaine de la prévention de la criminalité, le nombre de projets de recherche analysant l’efficacité des mesures de prévention a sensiblement augmenté au cours des dernières décennies. L’efficacité est sans aucun doute un élément crucial dans l’évaluation de la prévention. D’autres aspects importants dans l’évaluation de la prévention de la criminalité sont cependant très souvent négligés et ne sont guère pris en considération dans le cadre de la recherche scientifique. Dans cette contribution, nous examinons les composantes essentielles d’une analyse complète des coûts et bénéfices des mesures de prévention, destinée à éviter que les décideurs politiques optent pour des initiatives en matière de prévention dont les avantages escomptés sont annihilés par des effets indirects inattendus ou inconnus.

Download:
18-oct-2016
jsjv

JSJV #08 Octobre 2016

“QUI SUIS-JE ?” PLACEMENT ET IDENTITÉ DES PERSONNES AYANT TRANSITÉ PAR L’AIDE À LA JEUNESSE

Cette étude est consacrée à la vie des personnes ayant transité par l’aide à la jeunesse. Nous avons interrogé de manière approfondie 20 personnes âgées de 22 à 58 ans ayant connu cette situation. Le placement a un effet néfaste sur la vie des personnes qui en font l’objet et les ‘souffrances’ décrites dans la littérature pénologique sont confirmées par notre étude. Par ailleurs, un placement peut aussi constituer le terreau du développement personnel. En dépit des différences d’âge, nous remarquons de nombreuses similitudes dans la perception du placement. Nous voyons aussi que cette perception peut évoluer avec l’âge.

Download:
16-sep-2016
jsjv

JSJV #07 Septembre 2016

L’ÉTAU ET LE RÉSEAU. RECOMPOSITIONS DES CONTEXTES DE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE DIRECTION PÉNITENTIAIRE.

En parcourant les nombreuses études qui décrivent et analysent, depuis plus de vingt ans, le fonctionnement des organisations et des politiques pénitentiaires, trois questions semblent avoir jusqu’ici suscité un moindre intérêt scientifique : qui dirige ces organisations ? En quoi consiste le travail des équipes de direction ? Quelle position les membres de ces équipes occupent-ils dans le système organisationnel et politique pénitentiaire belge ? Cet article apporte quelques éléments de réponse à ces questions tout en éclairant les recompositions des contextes de travail des équipes de direction pénitentiaire. Cet éclairage souligne la nécessité de définir politiquement et avec les principaux intéressés un processus de professionnalisation de la fonction qu’ils exercent.

Download:
11-juil-2016
jsjv

JSJV #06 Juillet 2016

JEUNES DÉLINQUANTS ET JEUNES VICTIMES : QUELS LIENS ?

Dans cette contribution, nous examinons, sur la base du JOP-schoolmonitor 2013 (N=1898), les explications éventuelles à la corrélation entre délinquance et victimisation dans la criminalité juvénile. L’étude montre tout d’abord que, contrairement à ce que laissent peut-être penser l’opinion publique et le débat politique, les jeunes ne sont pas seulement auteurs d’actes criminels, mais sont aussi souvent victimes de la criminalité.

Download:
09-mai-2016
jsjv

JSJV #05 mai 2016

LES AMBIGUÏTÉS DES MÉCANISMES DE RÉACTION SOCIALE À LA DÉLINQUANCE COMMISE PAR LES ÉLITES DANS LEUR SPHÈRE PROFESSIONNELLE

L’article vise à mettre à plat un ensemble de débats qui animent les chercheurs travaillant sur ce qui est communément appelée « la criminalité en col blanc », plus spécifiquement les transgressions que les élites commettent dans l’exercice de leur fonction (professionnelle). En quoi ces comportements sont-ils spécifiques ? Et en quoi la réaction sociale qu’ils suscitent est-elle particulière ? Il s’agit d’analyser, en s’appuyant sur les recherches existantes, la perception qu’ont les citoyens de la délinquance des élites, la manière dont cet objet est traité par la presse, le rapport que les élites entretiennent avec les lois, les instances qui prennent en charge ces situations problématiques et, enfin, les logiques d’action de ces instances.

Download:
17-mar-2016
jsjv

JSJV #04 Mars2016

L’ÉVOLUTION VERS UN DJIHADISME MILITANT MILITAIRE

La radicalisation est aujourd’hui au coeur du débat sur le terrorisme islamiste. Mais que savons-nous des processus qui peuvent mener des jeunes à partir à l’étranger pour y faire le djihad ? En nous fondant sur la littérature récente et sur des entretiens avec des proches de jeunes partis ou sur le point de le faire, nous tenterons ici de comprendre les processus qui sont à l’oeuvre. Entre un attrayant récit sur la dignité retrouvée des musulmans au sein d’un califat ressuscité et les difficultés de jeunes mal insérés dans les sociétés occidentales, se dessine un parcours fait de radicalisation, de désir d’ailleurs et d’isolement progressif. Petit-à-petit, en substituant un réseau social extrémiste à un réseau familial, se développe un projet de départ sur lequel les proches n’ont plus prise. Un processus qui, en fin de compte, entretient moins de relations qu’on ne pourrait le penser avec les structures de l’islam de Belgique et avec la religion elle-même. C’est donc de l’immersion dans une contre-culture qu’il s’agit, un monde de sens radicalement étranger à celui du reste de la société.

Download:

JSJV #03 Décembre2015

RENVOYER LES JEUNES DÉLINQUANTS VERS LA JUSTICE DES MAJEURS, ET APRÈS ?

Cet article présente les résultats provisoires d’une étude relative à 210 jeunes délinquants dont la après un dessaisissement (renvoi vers la justice des adultes) est étudiée jusqu’à des âges situés entre 29 et 39 ans.

Cette analyse a révélé que la plus grande partie de
la population étudiée est toujours en contact avec le système pénal. Au cours des trois dernières années, plus de la moitié des personnes concernées a été condamnée et près d’un tiers se trouve en détention. Il faut en conclure que cette population se compose, en majorité, de délinquants persistants, c’est-à-dire de jeunes délinquants devenus des adultes délinquants.

En l’absence de groupe de contrôle, il ne nous est pas possible d’af rmer que ces justiciables ont une trajectoire plus problématique que le reste des jeunes délinquants. Dans une prochaine phase, nous chercherons à offrir une vue plus claire des facteurs qui déterminent les trajectoires

Download:
13-nov-2015
jsjv

JSJV #02 Novembre 2015

LES CHIFFRES DE LA DELINQUANCE DES MINEURS EN BELGIQUE

C’est aux parquets de la jeunesse que la police signale les affaires concernant des mineurs dits « délinquants ». Par conséquent, en étudiant la base de données de ces parquets, on peut déceler les variations de leur « approvisionnement ». C’est la démarche entreprise dans ce texte. Nous nous y penchons sur les années 2006 à 2013 et bousculons largement les préjugés concernant les jeunes « délinquants ». C’est ainsi que nous pouvons indiquer que le nombre de mineurs signalés baisse – en Belgique comme dans le reste de l’Europe – et que leur âge ne diminue pas. À l’heure où se fait souvent entendre un discours catastrophiste à propos des mineurs, ces résultats invitent à repenser notre appréhension du phénomène de la délinquance juvénile.

Download:

JSJV #01 Septembre 2015

IMPACT SUR LA VIE DES USAGERS DE DROGUE DE L’INTERVENTION DE LA CHAMBRE DE TRAITEMENT DE LA TOXICOMANIE

Les chambres de traitement de la toxicomanie (CTT) ont pour but de donner aux accusés l’occasion d’affronter leurs problèmes liés à la drogue et leurs difficultés psychosociales. Le 5 mai 2008, la première CTT a commencé ses activités dans l’arrondissement judiciaire de Gand. Nous décrivons les résultats obtenus par cette chambre en relation avec la récidive, la consommation de stupéfiants et les domaines de la vie affectés par la drogue, le contenu des plans d’assistance et le déroulement du traitement, ainsi qu’avec les expériences vécues par des acteurs de l’assistance et des clients des CTT dans le cadre de la CTT de Gand. Enfin, nous formulons des recommandations pour l’instauration d’une CTT dans d’autres arrondissements.

Download: