Analyse de Matériaux

  • Recherche de fibres et examen de textiles
  • Recherche de résidus de tir et estimation de la distance et direction de tir
  • Recherche et comparaison de peintures
  • Analyse comparative du verre
  • Analyse des encres de sécurité

Recherche de fibres et examen de textiles
Lorsque la victime et l'auteur entrent en contact lors d'un acte violent, des fibres de leurs vêtements vont être échangées. Ces fibres peuvent également être retrouvées sur le lieu des faits et sur l'arme du crime. Une expertise de fibres de contact consiste donc à rechercher de tels transferts de fibres, ayant valeur d’indice dans une enquête judiciaire. Ce type d'expertise est principalement comparatif. Dans certains cas une recherche de « fibres étrangères » (attribuables à l'auteur) présentes en grand nombre et/ou dans des zones d’intérêt sur la victime peut également être effectuée ; ces fibres donnent alors une indication sur le type et la couleur de vêtements à saisir chez le suspect.

Les fibres textiles sont particulièrement intéressantes pour une expertise forensique car elles sont très diversifiées, tout comme les matières textiles dont elles sont issues : vêtements, garnissage de siège, recouvrement de sol, literie, linge de maison, textile automobile, cordes,…

L'expertise textile offre également de multiples possibilités pour la criminalistique. Il est possible par exemple de déterminer l’origine d’une pièce de textile. Dans certains cas, le textile d'origine peut être reconstitué sur base de fragments textiles. Par ailleurs si un textile similaire est retrouvé sur le lieu du délit et en possession du suspect, les deux échantillons peuvent être comparés par leur structure textile et les types de fibres présentes, afin de déterminer s’ils peuvent avoir une même origine. Enfin si le textile a été endommagé, la nature du dommage peut être déterminée.


Recherche de résidus de tir et estimation de la distance et direction de tir
Lors d'un tir par arme à feu, les gaz chauds qui sortent du canon se refroidissent pour former des particules de résidus de tir macroscopiques et microscopiques. Ces particules sont reprises sous l’acronyme GSR pour « Gun Shot Residue ». Des résidus de tir sont déposés sur les mains et les vêtements du tireur ainsi que sur tout objet présent dans l’environnement immédiat du tireur. Pour un tir à courte distance, des résidus de tir peuvent donc également se déposer sur les personnes ou objets pris pour cibles.

Il existe essentiellement deux applications pour l’expertise en résidus de tir :

  • un volet suspect : les mains et les vêtements de suspects sont tamponnés pour prélever les particules en surface ; ces tamponnoirs sont ensuite examinés à l'aide de microscopes électroniques à balayage ; pour chaque particule d’intérêt, une microanalyse va ensuite être effectuée afin d’identifier sa composition exacte, dans le but de la qualifier ou non de résidu de tir ;
  • un volet cible : les résidus de tir macroscopiques qui ont contaminé une cible sont rendus visibles par un procédé de coloration chimique ; ceci permet de révéler la présence d’une collerette d’essuyage à proximité d’un orifice, caractéristique d’un orifice d’entrée, déterminant ainsi la direction du tir ; la distance de tir peut également être estimée grâce à ce procédé de coloration car le diamètre et la densité du dépôt de résidus de tir sur une cible est essentiellement fonction de la distance entre la bouche du canon et la cible.

Recherche et comparaison des peintures
De nombreux objets de la vie quotidienne sont recouverts d’une ou de plusieurs couches de peinture. Lors d’un contact, cette peinture peut être transférée entre deux objets ou entre un objet et une personne. Les traces de peinture retrouvées sur les lieux d’une infraction peuvent être analysées et comparées à la peinture provenant d’un objet trouvé chez un suspect. Cette analyse permet de mettre en évidence un lien entre un objet et une personne ou un lieu. La peinture est particulièrement utile à l’enquête dans des faits tels que :

  • des délits de fuite ou accident de roulage : rechercher ces traces de peinture peut aider à orienter l’enquête en donnant l’information de la couleur du véhicule en fuite ; si l’enquête tactique apporte un véhicule suspect, une comparaison morphologique et chimique de chaque couche de peinture du véhicule suspect avec la peinture trace retrouvée peut être effectuée ;
  • des cambriolages : les traces de peinture sur la vitre brisée ou sur le chambranle de la porte endommagée peuvent provenir de l’outil que le voleur a utilisé pour faciliter son intrusion ;
  • des faits de vandalisme.

Analyse comparative du verre
Lorsqu’une personne casse une vitre ou se trouve à proximité d’une vitre qui explose, des fragments de verre sont projetés sur cette personne et s’incrustent dans ses vêtements. Cela permet d’établir un lien entre une scène de crime et les fragments de verre retrouvés sur les vêtements ou les affaires appartenant à un suspect. Il est également possible d’investiguer d’autres emplacements, comme les sièges du véhicule utilisé pour le délit.

Chaque type de verre est caractérisé par un indice de réfraction qui dépend de sa composition. Après avoir vérifié que les éléments récoltés sont effectivement des fragments de verre, nous comparons l’indice de réfraction de ceux-ci à celui du verre brisé.

Analyse des encres de sécurité
Si un malfaiteur tente d’ouvrir indûment une valise intelligente d’un transport de fonds, le dispositif de neutralisation macule automatiquement tous les billets de banque contenus dans la valise par une encre de sécurité permanente, indélébile et colorée. Ce dispositif est aussi utilisé pour protéger les réserves d’argent dans les magasins et les distributeurs de billets.

Or, chaque encre de sécurité à sa propre signature et contient, selon les cas, des traceurs spécifiques. Des billets suspects ou autre objets souillés (outils ou habits du malfaiteur) sont donc analysés en vue de déterminer si l’encre présente est de l’encre de sécurité. Dans l’affirmatif, il est possible de déterminer à quelle fin la valise contenant le billet était utilisée et remonter à l’attaque en question.


Analyse des encres de sécurité
Si un malfaiteur tente d’ouvrir indûment une valise intelligente d’un transport de fonds, le dispositif de neutralisation macule automatiquement tous les billets de banque contenus dans la valise par une encre de sécurité permanente, indélébile et colorée. Ce dispositif est aussi utilisé pour protéger les réserves d’argent dans les magasins et les distributeurs de billets.

Or, chaque encre de sécurité à sa propre signature et contient, selon les cas, des traceurs spécifiques. Des billets suspects ou autre objets souillés (outils ou habits du malfaiteur) sont donc analysés en vue de déterminer si l’encre présente est de l’encre de sécurité. Dans l’affirmatif, il est possible de déterminer à quelle fin la valise contenant le billet était utilisée et remonter à l’attaque en question.


Techniques

  • stéréomicroscopie
  • microscopie optique
  • microspectrophotométrie UV-Vis
  • microspectrométrie infrarouge
  • microspectrométrie Raman
  • microscopie électronique à balayage couplée à une microanalyse X
  • système intégré de mesure des indices de réfraction
  • chromatographie couche mince

 

En savoir plus :
-  Project results iMinds
- INCC magazine n°2 : Une expertise en résidus de tir reconnue au-delà des frontières
- INCC magazine n°3 : Sur la trace du réel auteur grâce au 1:1 taping
- INCC magazine n°4 : d'heureux fragments : le laboratoire verre
- INCC magazine n°6 : Nos experts en peinture et résidus de tir invités à la conférence Interpol
- INCC magazine n°7 : Les encres de sécurité, une trace indélébile