La place du rapport dans le travail de l’expert et de l’assistant de justice. Regards croisés.

01-sep-2014

Les experts appelés à témoigner en justice et les assistants de justice sont régulièrement amenés à transmettre des rapports aux autorités qui les mandatent. Ils rendent ainsi compte de leurs activités. Un regard ambivalent est parfois porté sur ce passage à l’écrit, en raison principalement des contraintes administratives qu’il entraîne : délais de rédaction, standardisation des informations communiquées, etc. Une mise à distance du travail de rédaction est dès lors opérée par certains travailleurs qui distinguent les aspects « nobles » de leur métier (les analyses scientifiques pour les uns, le travail social pour les autres) de ce qui en constituerait un aspect plus pénible (la rédaction de rapports). Or, le rapport constitue le moyen par lequel l’activité professionnelle des experts et des assistants de justice connaît une certaine visibilité. A travers lui sera appréciée (ou non) la plus-value de leur intervention. Le projet entend questionner cette mise en tension, à partir du regard des professionnels directement concernés.

Partenaire(s): 
Alice Jaspart (Ecole des sciences criminologiques de l’ULB)